Aujourd'hui c'est la rentrée des classes. Ce n'est pas un événement extraordinaire en soit mais ça fait parti des événements récurrents d'une année. Alors ce matin j'ai eu une pensée à ma petite école, la maternelle, celle de mon village. Pas la peine de la chercher, elle n'existe plus, le seul bâtiment qui reste c'est le plus grand et le plus ancien qui est devenu l'actuelle Mairie. Je n'aimais pas du tout y aller, on peut dire que j'ai détesté ces trois premières années d'école. Il y avait quelque chose qui ne passait pas avec l'institutrice, le terme professeur des écoles n'existait pas. Son prénom était Françoise, grande blonde et autoritaire.  J'ai toujours senti que cette institutrice ne m'aimait pas contrairement à ceux que j'ai eu par la suite. Cette année là je devais avoir 5 ou 6 ans, elle avait ses élèves préférés qui étaient les amis de sa fille, scolarisée avec nous, mais moi et d'autres nous en faisions pas parti.

2014-09-02 08

Je ne vais pas m'attarder sur l'ambiance de la classe et ce que l'on faisait. Mais il y a une anecdote que j'aime beaucoup. Déjà à l'époque j'étais une passionnée de dessin, mon père aussi, c'était de famille. Un jour lors de ma troisième année d'école, en ouvrant mon cahier du jour comme on l'appelait. J'ai trouvé le dessin d'un écureuil fait au crayon bleu sur une feuille volante. Mais qui était venu me dessiner ce joli écureuil tenant une noisette dans ses pattes?

En fait, c'était mon père. Il était venu faire des travaux de menuiserie dans l'école, un jour ou nous avions congé. Il avait pris mon cahier dans le casier qui m'était réservé et m'avait fait une petite surprise. C'était il y a quarante ans, mon père n'est plus de ce monde mais je m'en souviens comme si j'avais encore ce petit dessin entre mes mains, fait par un père qui aimait sa fille.

2014-09-02 08